Tétranyque de l'épinette

Tétranyque de l'épinette - Dommage montrant la décoloration causée par l'alimentation et l'apparence poussiéreuse due aux toiles tissées par le tétranyque sur le feuillage

Nom latin : Oligonychus ununguis (Jacobi)
Nom anglais : Spruce spider mite
Ordre : Acari
Famille : Tetranychidae

Distribution

Partout au Canada

Micro-habitat(s)

Aiguille

Dommages, symptômes et biologie

Les premiers symptômes permettant de détecter la présence du tétranyque sont l’apparence poussiéreuse des aiguilles, leur brunissement, puis leur chute. La présence de fils de soie sur les rameaux est également révélatrice d’une infestation causée par le tétranyque de l’épinette.

Pour compléter le diagnostic, une méthode de détection simple peut être employée. En secouant la branche au-dessus d’un papier blanc, on remarque facilement de petits acariens sombres (araignées minuscules munies de quatre paires de pattes) qui se déplacent rapidement sur la surface blanche.

Selon les régions, cette espèce montre au moins quatre générations par année au Canada. La première génération tend à s’attaquer au vieux feuillage alors que les suivantes préfèrent les nouvelles aiguilles. L’acarien, en suçant la sève des aiguilles pour s’alimenter, provoque une décoloration progressive du feuillage. De plus, il sécrète de la soie en abondance avec laquelle il tisse de petites toiles entre les aiguilles et les rameaux qui lui servent d’abris. Les dommages commencent à l’intérieur des branches situées au bas de la cime, puis se propagent graduellement vers l’extérieur et le haut de l’arbre.

Cycle biologique (à l'est des Rocheuses)

Cycle biologique (à l'est des Rocheuses)
Stade/Mois J F M A M J J A S O N D
Nymphe
 
Adulte
 
Oeuf
 

Autres informations

Au Canada, le tétranyque de l'épinette peut causer des dommages sporadiiques ou localisés sur différents conifères. Cette espèce pose également un problème dans les pépinières. En Colombie-Britannique, la dernière infestation importante par le trétanyque de l'épinette a eu lieu en 1975 alors que 800 ha de forêts, essentiellement de jeunes douglas, ont été ravagés.

La population du tétranyque de l’épinette se maintient à un bas niveau lorsque le taux d’humidité est élevé et qu’il y a de fortes précipitations. Pour les arbres d’ornement, il est donc possible d’éviter une pullulation du tétranyque par un arrosage généreux des essences affectées, de façon régulière et répétitive, dans le but de détruire les fils de soie, de déloger les acariens et d’augmenter le taux d’humidité du feuillage afin d’entraver leur développement.

Publications du Service canadien des forêts

Tétranyque de l'épinette

Régime et comportement alimentaire

  • Succivore : Qui se nourrit de la sève des végétaux.
    • Piqueur-suceur : Qui ne se nourrit pas des tissus, mais aspire les sucs des plantes par un appareil buccal spécialisé, ce qui occasionne des déformations aux plantes et peut causer la mort des parties affectées.

Hôte(s) principal(aux)

Douglas vert, Épinette blanche, épinette blanche de l'Ouest, épinette bleue, épinette de Norvège, Épinette de Sitka, épinette du Colorado, Épinette rouge, génévrier commun, genévrier de Chine, genévrier horizontal, mélèze, pin à l'encens, pin albicaule, pin argenté, pin de Californie, pin de Georgie, pin de Jeffrey, pin de Monterey, pin gris, pin jaune, pin maritime, pin mugo, pin noir d'Autriche, pin pleureur de l'Himalaya, pin ponderosa, pin rigide, pin rouge du Japon, pin sylvestre, pin tordu côtier, pin tordu latifolié, pruche du Canada, thuya occidental